Couv Renault Master

Renault Master 40 ans et toujours au top ! (Partie 1/2)

Présenté pour la première fois en 1980, le Renault Master fête ses 40 ans cette année. Il les fêtera un peu aussi en 2021, puisque 1981 est son année de commercialisation. Et puis, quoi de mieux que fêter sa quarantaine l’année où on a le plus parlé de… quarantaine ? Voici un résumé de son histoire :

Renault Master, 40 ans d’histoire

Cela fait 40 ans que le Renault Master aide les entrepreneurs dans leur quotidien. Présenté comme son petit frère Renault Trafic en 1980, le duo remplace à la fois la Renault Estafette et la Super Goélette SG2 (née Saviem). Si le Trafic est développé par les bureaux d’études de Renault, le Master lui est imaginé par la division Renault Véhicules Industriels, par les équipes ex-Saviem donc, aujourd’hui Renault Trucks. Particularité du Master : il doit son dessin à Marcello Gandini ! Eh oui, celui qui a aussi signé la Lamborghini Countach, la Citroën BX et quelques années plus tard, le Renault AE/Magnum ou encore la Supercinq.

Le Renault Master est alors à structure traction avant. Pour rouler en propulsion et à plus de 3,5 tonnes de PTAC, il faut passer à la Gamme B, très proche esthétiquement. Cette génération de Renault Master connaîtra peu d’évolution esthétique : seule la calandre évolue en 1994 avec l’ébauche d’un bec à la mode à l’époque chez Renault. Côté motorisation, que des 4 cylindres sous le capot, de 61 à 95 ch, essence ou diesel. 

17 ans pour un changement de génération !

Fin 1997, la relève arrive enfin ! Le Renault Master, deuxième du nom, est présenté avec style est plus rond, proche de l’esprit de la Clio II qui ne sera présentée que l’année suivante. Il remplace également en partie le Renault Trafic pour ses versions « hautes » et « longues ». Grande nouveauté, cette génération est aussi commercialisée chez Opel, sous le nom de Movano (dès 1998) et Nissan, sous le nom d’Interstar (2002). Seules leurs calandres seront vraiment différentes pour les distinguer, en plus des logos.

Le Renault Master reste une traction, mais une version propulsion sera aussi proposée sous le nom Master Propulsion quelques années plus tard. Pour rouler au-dessus de 3,5 t de PTAC, la Gamme B est remplacée par le Renault Mascott, vendue par Renault Trucks (ex-RVI ex-Saviem si vous suivez !). Cette version aura en partie été développée avec Iveco, et on retrouve en effet ses portières sur l’Iveco Daily !

Renault Master 2.2 Croquis

Alors que la première génération n’a connu qu’un léger restylage, le seconde aura le droit à une profonde transformation en 2003, avec des phares plus haut et verticaux, un nouvel intérieur et des feux revus. Cette mise à jour lui permettra de remporter le titre de l’utilitaire de l’année pour la première fois ! Cerise sur le gâteau, un autre restylage arrivera vers 2007, avec une calandre légèrement modifiée, avec les « moustaches » noires rejoignant les phares. 

Jamais deux sans trois !

2010, c’est l’heure du changement : la troisième génération est présentée. Le Renault Master perd quelques rondeurs, oublie son double Mascott mais intègre l’ensemble de l’offre traction/propulsion, ainsi que les versions poids lourd. Cette nouvelle génération sera à nouveau récompensée avec le titre de l’utilitaire de l’année 2011.

Il est toujours accompagné de l’Opel Movano, tandis que l’Interstar est remplacé par le Nissan NV400. Le premier se distingue toujours par sa calandre, le second a une face avant totalement inédite. En 2014, Renault met à jour les motorisations du Renault Master et ajoute sur le capot sa calandre à nœud papillon. En 2016, Renault s’associe à Poclain et Oberaigner et présente avec le premier le Renault Master X-Track à la motricité renforcée, et avec le second, le Renault Master 4×4. 2017, Renault commercialise enfin la version de série du Renault Master Z.E.

Lifting avant les 40 ans

Enfin, nous voici en 2019. Renault organise un évènement autour de la gamme Utilitaire. L’occasion de dévoilée :

Principal changement : une toute nouvelle face qui modifie radicalement le look du Renault Master. Calandre plus proéminente, plus verticale qui s’accompagne de phares carrés intégrants la signature lumineuse « C-Shape » : Le Renault Master devient plus massif. Les modifications ne sont pas qu’esthétiques : il accueille de nouvelles aides à la conduite. Le Side Wind Assist pourra être intéressant pour les gros rouleurs puisqu’il minimise l’impact des coups de vent. L’avertisseur d’angle mort et l’aide au stationnement avant complète l’équipement. Autre arrivée intéressante que nous n’avons pas pu tester, le Rear View Assist : le rétroviseur intérieur, souvent absent des véhicules tôlés, revient ici sous forme d’écran pour relayer l’image d’une caméra située en haut des portes arrière. Toutes ces options profitent aussi à l’Opel Movano, plus timidement restylé, mais aussi au Nissan NV400 dont la nouvelle calandre a été dévoilée en novembre. 

Jamais 2 sans 3 également pour le titre de l’utilitaire de l’année, puisque le Renault Master a remporté le titre pour l’année 2020. Le Renault Master propose au catalogue plus de 350 déclinaisons, et nous nous devions de l’essayer. A demain pour découvrir notre avis !

Article et clichés : Guillaume Agez

Archive Renault Master par Gandini : Car Design Archives

Archives Renault Master autres : Renault

Bonus : les maîtres et les mascottes

En attendant l’essai, voici un petit comparatif du nouveau Renault Master et de ses ancêtres croisés depuis !

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021