essai hyundai i10 n line 100 ch

Essai Hyundai i10 N Line : l’efficacité d’un plaisir simple

La Hyundai i10 N Line se place aujourd’hui comme la plus haute finition du modèle d’entrée de gamme de Hyundai. C’est aussi, avec des airs de mini-GTi, la plus puissante version de cette voiture urbaine coréenne. Est-elle aussi joviale que son allure le laisse paraître ?

Hyundai i10 N Line essai 2020 3

Hyundai i10 N Line : de la couleur pour aller plus vite

Cette finition N Line se démarque d’abord par l’esthétique. Le bouclier avant est plus acéré avec une grille de calandre spécifique et des feux de jours à LED. La voiture se démarque également par des jantes spéciales en alliage de 16 pouces au style travaillé. Partout, des pointes de couleur rouge ainsi que des logos i10 et N Line dessinent un fil rouge qui caractérisent cette finition « sportive ». L’arrière suit la même tendance avec bouclier spécifique et réussi, accompagné d’une double sortie d’échappement. Le style global est plus musclé, les optiques plus affirmées et la drôle de citadine asiatique gagne en maturité.

À l’intérieur, la i10 N Line garde le meilleur du dessin des précédentes générations en y ajoutant une modernité bienvenue. Des touches de rouge sont toujours omniprésentes à travers les surpiqures, le cerclage des aérateurs ou encore le pommeau du levier de vitesses distinctif. Le volant gainé de cuir offre une prise en main confortable, tandis que le pédalier en métal brossé ajoute à la montée en gamme de cette finition N Line. Une sellerie bi-ton noir et gris clair accompagne une planche de bord grain métal. On y trouve des nuances de textures originales et un écran tactile de 8 pouces trône en son centre. Cette dalle numérique marque un tournant par rapport à la précédente génération et apporte une vraie touche de fraicheur. Sur le reste, on retrouve une habitabilité généreuse pour une citadine, même à l’arrière. Le coffre conserve un mince volume de 252 litres avec un seuil de chargement assez haut par rapport au plancher.

Par ailleurs, cette puce coréenne bénéficie de nombreux équipements pour une citadine : caméral de recul, régulateur de vitesse, système multimédia compatible Apple Carplay et Android Auto… Finalement, même si on y trouve un ordinateur de bord digital, le plus « classique » se trouve derrière le volant avec un tableau de bord à aiguille très traditionnel. Tout comme les commandes de climatisation qui peuvent paraître datées.

Hyundai i10 N Line : porte d’entrée de la sportivité

La fiche technique pourrait paraître assez banale en annonçant un 0 à 100 km/h en 10,5 secondes. Cette accélération fulgurante est tirée d’un moteur 3 cylindres turbocompresseur de 998 cm3 délivrant 100 ch à 4500 tr/min. Ici pas d’hybridation ou d’électrification. Seule la sobriété d’une petite motorisation est de mise. Mais la Hyundai i10 N Line tire son parti bien au-delà des chiffres.

Très discret à bas régime, le moteur est très souple et coupleux en ville. Mais il ne demande qu’à être poussé dans les tours pour hausser le ton et montrer un autre visage. Il exprime alors un bruit caractéristique du 3 cylindres qui n’est pas du tout déplaisant.

La Hyundai i10 N Line devient alors une vraie bombinette prête à plonger dans les virages avec agilité et vivacité. Sa légèreté et son faible empattement en font un véhicule de choix pour s’amuser au volant. La direction précise remonte toutes les informations nécessaires, tandis que le train arrière suit parfaitement les trajectoires. Avec moins d’une tonne sur la balance, 100 chevaux rageurs sont largement suffisants pour inscrire un sourire persistant au visage du conducteur. Bien installé dans des sièges enveloppants, on prend également plaisir à jouer avec la boîte manuelle 5 rapports pour relancer la citadine coréenne et bénéficier du maximum de puissance, haut dans les tours.

Le point fort de cette citadine est par ailleurs d’être avant tout une citadine. Longue de 3,67 mètres, elle est parfaitement adaptée à une utilisation quotidienne et montre une vraie douceur de conduite. De plus, grâce à son poids plume, elle peut faire preuve de dynamisme en toutes circonstances, tout en gardant un appétit d’oiseau avec une consommation moyenne de 5,4 litres aux 100 km. Dans la réalité, on oscille entre 5,5 et grand maximum 7 litres aux 100 km en fonction des conditions de roulage et du type de conduite adopté. En dehors d’un environnement urbain, sur voie rapide ou autoroute, elle n’a pas à rougir et montre à nouveau une vraie polyvalence. Les sièges ne sont peut-être pas les plus confortables après de longues distances mais le comportement de l’auto est tout à fait adapté.

Hyundai i10 N Line : polyvalente et amusante

La Hyundai i10 N Line sait autant se faufiler confortablement en ville que devenir un objet de récréation sur des routes tortueuses. Son secret ? Un juste équilibre entre un moteur nerveux et une suspension justement calibrée vers le confort. Le tout agrémenté de nombreux équipements de confort et de sécurité pour un faible gabarit.

À partir de 16 800 euros, la Hyundai i10 N Line est une machine à sourire, sobre et polyvalente, avec un rapport qualité/prix/sensations incomparable. Qu’attendez-vous pour vous faire plaisir ? Peut-être simplement choisir entre la i10 N Line ou sa sœur la Kia Picanto GT Line.

Photos Hyundai i10 N Line 100 ch

Crédit photos : Romuald Terranova – Le Nouvel Automobiliste

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021