Ford Fun to Drive

Ford Fun to Drive : du Puma ST à la GT ! [VIDEO]

Revivez avec nous en vidéo une folle journée où nous avons pu prendre le volant de 4 modèles Ford : le “petit” Puma ST et ses 200 ch, le SUV électrique Mustang Mach E fort de 351 ch, la toute nouvelle Mustang Mach 1 et son V8 5.0l de 460ch, et enfin la monstrueuse, impressionnante et rarissime Ford GT de 656 ch !

Texte de la vidéo :

Ford nous a donné rendez-vous au circuit de La Ferté Gaucher à l’est de Paris pour la journée Fun to Drive, l’occasion de découvrir plusieurs modèles de la gamme susceptibles de nous donner la banane.

On commence en douceur

Pour commencer, on attaque avec le Ford Puma ST : SUV urbain sportif, 3 qualificatifs qui de prime abord ne semblent pas vraiment compatibles, mais qui se révèlent pourtant être un mix plutôt intéressant et réussi.

Le Puma ST est un modèle assez atypique, dans le sens où il n’a aucun concurrent direct. Seul représentant de sa catégorie, il transpose les gênes de sa petite sœur Fiesta ST dans le monde des SUV urbains. Se montrant plutôt discret, seuls quelques indices visuels laissent présager de la version à laquelle on a affaire, notamment les sièges Recaro ou encore les badges ST apposés ça et là dans l’habitacle.

Côté motorisation, le Ford Puma ST dispose d’un bloc 3 cylindres 1.5l de 200ch pour 320 Nm de couple, de quoi se faire plaisir en restant relativement raisonnable. S’il est parfaitement à l’aise sur route, il l’est également sur circuit, grâce notamment à son différentiel à glissement limité, permettant des passages en courbes optimisés et des sorties de virage éclair. Son comportement joueur est vraiment une très bonne surprise !

Mais pas le temps de trainer, on enchaine avec le second modèle à l’essai lors de cette journée en la présence du Mustang Mach E. Vous pouvez retrouver un essai complet du Puma ST en cliquant sur ce lien.

On enchaine en électrique

Si le nom Mustang n’évoque pour vous que les coupés américains équipés d’un bon gros V8 à l’ancienne, il va falloir vous y faire, ce Ford Mustang Mach E est un SUV 100 % électrique, oui oui ! Son style reprend toutefois des gimmicks typiques de l’appellation Mustang, dont les feux arrière à 3 griffes ou encore la calandre ornée du célèbre cheval au galop, un logo que l’on retrouve un peu partout autour du véhicule.

Le Mach E ne plaira peut-être pas aux puristes, mais force est de constater que son style est plutôt original, et que les différentes évocations de l’héritage Mustang sont bien intégrées. A l’avant, la signature lumineuse dispose aussi de 3 petites griffes, et le profil comporte des extensions d’ailes noires laquées ainsi que d’un rappel de la version dont on dispose en bas des portes. La trappe de recharge se situe sur l’aile avant gauche.

L’accès à bord se fait grâce à des commandes de portes tactiles, et ce à l’avant comme à l’arrière. Eh oui, une Mustang 5 portes avec de la place pour des passagers à l’arrière, c’est désormais une réalité !

L’habitacle se veut particulièrement moderne, avec une planche de bord dépouillée et dont le design tourne autour du gigantesque écran de 15.5 pouces placé en position verticale, incluant en partie basse une molette pour le réglage du volume de la partie multimédia. On sent bien ici que la cible à abattre est clairement du côté de chez Tesla.

Pour y parvenir, le Ford Mustang Mach E est disponible avec plusieurs versions de batteries, de moteurs et de transmissions :  75 ou 99 kW pour la batterie, 269, 294 ou 351ch pour le moteur, le tout en propulsion ou 4 roues motrices. Une version GT de 487 ch sera également disponible début 2022. Notre modèle d’essai dispose de 351 ch, de la grosse batterie et de la transmission intégrale, son autonomie est annoncée à 540 km WLTP.

Au volant, le Ford Mustang Mach E se révèle plutôt confortable, et l’on appréciera la conduite très « relax », notamment grâce au mode « one pedal » permettant de rouler sans jamais toucher à la pédale de frein, ou presque. Néanmoins, il est possible de s’offrir quelques moments un peu moins relax si on le souhaite, en engageant par exemple le mode de conduite Untamed qui révèle le caractère plus énervé de ce Mach E. Le 0 à 100 km/h est ainsi abattu en seulement 5.8 secondes, ce qui pour un engin de cette taille est tout à fait respectable ! Il faudra toutefois veiller à ne pas réaliser l’exercice de l’accélération canon à chaque redémarrage, sous peine de voir l’autonomie s’effondrer. Pour la recharge, le Mach E autorise une puissance maximale de 150 kW, de quoi récupérer environ 90 km d’autonomie en 10 minutes sur une borne à haute puissance.

Les tarifs débutent à 48 990€ pour une version propulsion à batterie standard, notre version d’essai est quant à elle disponible à partir de 65 500 €. Pour plus de détails, retrouvez notre essai complet du Ford Mustang Mach E ici.

On continue en V8

On reste dans la galaxie Mustang pour la suite du programme, mais cette fois-ci avec le coupé et sa toute nouvelle version Mach 1, une déclinaison plus sportive et prête pour affronter la piste.

Extérieurement, la Ford Mustang Mach 1 se distingue de le version GT par un nouveau bouclier plus agressif et une calandre intégrant deux entrées d’air rondes de part et d’autre. Des badges Mach 1 font aussi leur apparition sur les ailes et à l’arrière; de nouvelles jantes et de nouvelles teintes accompagnées de stickers sur la carrosserie sont aussi disponibles.

A l’arrière, le diffuseur est issu de la monstrueuse version GT500 et inclut les 4 sorties d’échappement. Un très discret béquet en carbone prend place à l’extrémité de la malle arrière, et contribue au gain général de 22% d’appui apporté par les nouvelles pièces de carrosserie.

Je pense que tout le monde sera unanime, elle a quand même un look d’enfer cette Mustang Mach 1, non ?

A l’intérieur, peu de changements sont apportés par rapport à la version GT standard. On notera simplement l’apparition de badges Mach 1 sur les seuils de portes ou sur la planche de bord devant le passager, ainsi qu’un pommeau de levier de vitesses blanc façon boule de billard du plus bel effet. Car oui, la Mach 1 est disponible avec une boite manuelle 6 vitesses, et ça c’est un très bon point ! Une transmission automatique à 10 rapports est également proposée, il y en a ainsi pour tous les goûts.

Deux types de sièges sont disponibles, avec des baquets Recaro optionnels.

Sous le capot, on retrouve le traditionnel V8 5.0l, poussé ici à 460 ch contre 450 sur la version GT. Le couple maxi atteint quant à lui 529 Nm. Et le bon vieux glouglou est toujours là, rassurez-vous !

L’échappement actif permet de profiter encore plus des vocalises du V8 en ouvrant des valves lorsque le mode Circuit est sélectionné. Et ça tombe bien, on a un circuit à disposition, alors allons tester tout ça de suite !

J’avoue qu’il est très difficile de s’en lasser… La fédération française d’équitation avait raison : le cheval, c’est trop génial !

La Ford Mustang Mach 1 ne rechigne pas à enchainer les tours, bien au contraire : les optimisations apportées au refroidissement du moteur ou à celui de l’huile de boite permettent d’envisager les tracks days sereinement.

Le comportement de l’auto est vraiment plaisant, on s’amuse vraiment très vite à son volant, et même si l’arrière est très mobile lorsqu’on force un peu le rythme, on contrôle le tout vraiment très facilement : un vrai régal ! Vous aurez peut-être remarqué dans la vidéo les superbes talons pointe au rétrogradage : ça n’était pas moi, c’est automatique avec le système Rev-Matching. J’avoue tout.

La Mach 1 dispose d’amortisseurs Magneride spécifiques, d’une suspension et d’une calibration de direction assistée revues, d’une barre antiroulis renforcée ainsi que d’un différentiel à glissement limité sur les versions à boite manuelle, le tout pour un comportement aux petits oignons sur circuit, malgré le poids relativement élevé de l’engin (1850 kg tout de même).

Le freinage s’est montré particulièrement efficace lors de cette session piste, merci aux étriers Brembo 6 pistons à l’avant et aux disques de 380mm (mono piston et 330mm à l’arrière).

Ce qui aura chauffé le plus, c’est le visage du pilote du jour…

A 62 400€, cette mustang Mach 1 pourrait offrir un super rapport prix/prestations, malheureusement le malus de 30 000€ fait mal, très mal à son prix “canon”.

Et pour conclure cette journée déjà bien remplie, Ford nous avait réservé une petite surprise…

On termine en beauté

Oui, la Ford GT était présente, et pas uniquement pour faire de la figuration puisque nous allons pouvoir en prendre le volant pour quelques tours de piste.

Dévoilée en Janvier 2015 et commercialisée à partir de 2017, cette seconde génération de Ford GT est un oiseau rare puisque seuls 1350 exemplaires seront construits en tout d’ici la fin de production prévue en 2022.

N’espérez donc pas en croiser une demain dans la rue… D’autant qu’à environ 500 000 € prix catalogue, ce genre d’engin dort la plupart de son temps dans un garage, avant d’être revendu à prix d’or quelques années après, certains exemplaires ayant allègrement dépassé le million…

Bref, en résumé, la Ford GT c’est : un prix astronomique, vous l’aurez compris, mais surtout un V6 bi-turbo 3.5l de 656 ch, un couple de 745 Nm, une masse de seulement 1345 kg, un 0 à 100 km/h en 3.4 secondes et une vitesse maxi de 347 km/h. Un programme alléchant…

L’intérieur est assez spartiate, avec une planche de bord dépouillée, contrairement au volant qui regroupe un nombre de boutons impressionnant ! En bonne supercar, la position de conduite est très allongée et ici on ne règle pas le siège, qui est solidaire du châssis en carbone, mais le pédalier qui peut s’avancer ou se reculer.

L’auto est vraiment impressionnante, très basse, avec une aérodynamique extrêmement poussée marquée par des tunnels d’air sur le capot avant ou encore de magnifiques arches latérales. Les portes en élytre font toujours leur petit effet, ainsi que les jantes en carbone, mais ce qui marque le plus c’est le passage en mode Track, où la voiture s’abaisse de 5 cm quasi instantanément ! La garde au sol n’est alors plus que de 7cm, autant dire que l’on aura les fesses au ras du sol, pour rester poli !

Le temps est venu de prendre le volant, après quelques recommandations d’usage, notamment une assez originale : l’auto étant trop bruyante (merci à l’échappement Akrapovic), il faudra lever le pied dans la ligne droite pour ne pas affoler le sonomètre du circuit. Soit !

J’y vais prudemment, mais pas trop quand même, seulement 2 tours pour en profiter, ça va passer vite !

Ce qui marque instantanément, c’est cette impression de faire corps avec l’auto, et avec la piste. Et encore, ici je n’avais pas le harnais qui renforcerait encore plus cette sensation, mais juste la ceinture de sécurité classique. La poussée est évidemment impressionnante, mais c’est surtout l’absence totale de mouvement de caisse dans les virages ou au freinage qui étonne le plus. Alors bien sûr, je n’aurai sans doute exploité que 0.02% des capacités de l’auto, mais ces quelques minutes à son bord auront vraiment été folles, une expérience vraiment inoubliable de par la rareté de l’auto, certes, mais aussi par le ressenti du potentiel énorme qu’il y a derrière lorsqu’elle doit être exploitée à fond.

Bref, vous l’aurez compris, cette journée Ford Fun to Drive portait vraiment bien son nom, vivement la prochaine !

Crédits photos/vidéo : Romain Bresadola

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021