Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d xDrive M Sport : princesse déchue

A quoi reconnait-on une belle voiture ? A l’emblème sur son capot, à ses proportions généreuses, à ses performances gratifiantes ? Peut-être est-ce un peu de tout cela à la fois. Auquel cas, la BMW Série 2 Gran Coupé coche toutes les cases. Seulement voilà, le marché automobile change : les modèles qui faisaient la une il y a encore quelques années ne sont plus tout à fait ceux d’aujourd’hui. En bonne « berline-coupé » thermique, aussi jolie soit-elle, la BMW Série 2 Gran Coupé semble être à la frontière entre le monde d’avant et celui d’après. Est-elle encore in ou simplement has been ? Nous l’avons testée dans ce qui pourrait s’apparenter à un futur collector : sa version Diesel 220d de 190 ch.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d xDrive M Sport : ode à la « bagnole »

Juchée sur ses jantes de 19 pouces, « notre » BMW Série 2 Gran Coupé a fière allure. Pour parfaire son grand méchant look, tous les subterfuges sont bons : boucliers au design agressif, prises d’air gigantesques… La « berline-coupé » munichoise, ici en finition M Sport, sait y faire et ne dépareillerait pas dans le parc automobile d’une équipe de football (clichés bonjour !).

Avant d’être « Gran Coupé », la Série 2 est d’abord une gamme, constituée d’un coupé (propulsion, basé sur une plateforme de Série 4) et d’un monospace et d’un « Gran Coupé », reposant tous deux sur les soubassements de la dernière génération de Série 1. Comme la BMW Série 1 est une rivale à la Mercedes Classe A, la BMW Série 2 Gran Coupé est la concurrente directe de la Mercedes CLA. Comme elle, d’ailleurs, c’est une traction (disponible, en option, en 4 roues motrices).

Quatre niveaux de finitions et plus de dix teintes de carrosserie sont proposés, dont ce « Mineralweiss métallisé ».

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette plateforme, sur laquelle repose la Série 2 Gran Coupé est initialement une plateforme… de Mini. Avec ses 4,53 mètres de long, l’allemande n’est pourtant pas si courte. Sa hauteur, de seulement 1,42 mètres, contribue à lui donner une ligne ramassée, tout comme sa largeur d’1,80 mètres. Dans l’ensemble, les proportions de cette Série 2 Gran Coupé surprennent : son long capot bombé contraste avec sa chute de pavillon fuyante qui lui procure des airs de coupé. Son arrière très « droit » et ses feux horizontaux (qui ne sont pas sans rappelés, à nos yeux, feu la BMW Série 5 GT), renvoient sans conteste à l’univers des berlines.


Avec un capot bombé et une chute de toit marquée, les proportions de la BMW Série 2 Gran Coupé, concurrente directe de la Mercedes CLA, surprennent. Elles surprennent encore plus lorsque l’on sait qu’elle partage sa plateforme avec… la Mini Cooper !  

La BMW Série 2 Gran Coupé est à l’image de son design : à part. Certes, ce n’est pas elle qui a ouvert la voie des « berline-coupés » (ou « coupés 4 portes ») : au sein même de la firme munichoise, la Série 4 Gran Coupé l’a fait avant. Mais il n’empêche que face à la pléiade de SUV disponibles, les berlines (qu’elles soient typées « coupé » ou non) semblent bien seules. La BMW Série 2 Gran Coupé est représentative d’une époque probablement révolue où les berlines furent reines et où une « bagnole », c’était « ça » : une voiture large, basse, au capot long et au look parfois un peu clinquant. Tout ce qu’est une BMW Série 2 Gran Coupé. (Presque) tout l’opposé d’une Tesla Model 3 ou d’une Kia EV6, des berlines d’un nouveau genre et de taille équivalente.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport

Pas besoin de connaître sa hauteur (1,42 m) pour constater que la BMW Série 2 Gran Coupé est une voiture basse. A l’apogée des SUV, ça change et fait plaisir !

En somme, « notre » allemande semble disposer d’un charme un brin désuet, mais qui opère encore : elle ne passe pas inaperçue dans la rue et ravira sans aucun doute encore bon nombre d’amateurs d’automobiles.

Lorsque l’on s’assied dedans, que l’on remarque son cuir couleur tabac, son volant trois branches (et les palettes qui vont avec – la BMW Série 2 Gran Coupé que nous avons essayée étant dotée d’une boîte automatique) ou ses guides de lumière rouge, là encore on se dit que la BMW Série 2 Gran Coupé « fait » voiture… et BMW. Les écrans (derrière le volant, et au centre de la planche de bord) restent de taille raisonnable. Nous sommes loin des dalles numériques king size qui trônent dans les habitacles de divers modèles actuels. Certains diront que de fait, la BMW Série 2 Gran Coupé n’est pas à la page. D’autres diront que c’est tant mieux.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport

Nous vous laisserons juges. Toujours est-il que l’ergonomie de cette BMW Série 2 Gran Coupé ne déconcertera pas les connaisseurs de BMW (la planche de bord étant la même que celle d’une Série 1, et proche de celles des Série 3 et Série 4). La navigation au sein de l’écran central est agréable et plutôt facile à prendre en main, d’autant que cet écran (tactile) peut aussi être contrôlé via la molette iDrive, qui fait merveille. Globalement, on prend vite ses marques.

Mention spéciale aux sièges (dont les réglages sont électriques en option), à la longueur d’assise réglable, qui permettent de trouver facilement ses repères et garantissent un bon confort pour les longs trajets. Car c’est une évidence : mieux vaut être à l’avant de la BMW Série 2 Gran Coupé plutôt qu’à l’arrière. Plus que la garde au toit, certes limitée, c’est l’accessibilité qui peut poser problème tant l’ouverture des portes est étroite. L’espace aux jambes, si tant est que les passagers avant soient relativement grands (autour d’1,80 m) et qu’ils aient abaissés l’assise, est par ailleurs compté.

Bien-sûr, on n’achète a priori pas une BMW Série 2 Gran Coupé pour ses aspects pratiques : chez BMW, dans la même zone de prix, un X1 ou un Série 2 Active Tourer sont faits pour cela. Mais malgré tout, au vu des dimensions de l’auto, nous pouvions nous attendre à mieux.


Le coffre offre un volume de 430 l, banquette arrière non rabattue (50 l de plus qu’une Série 1). Une donnée similaire à celle d’une Mercedes CLA (445 l) ou d’une Audi A3 berline (425 l).

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d xDrive M Sport : quels équipements ?

La gamme de la BMW Série 2 Gran Coupé est composée de 4 niveaux de finition : base (qui intègre d’ores et déjà les projecteurs full-LED, le démarrage mains-libres, la climatisation automatique, un écran tactile de 8,8 pouces…), Luxury (qui ajoute les jantes de 17 pouces, la sellerie cuir Dakota, un écran tactile de 10,25 pouces…), M Sport (qui correspond à notre modèle d’essai – cette finition vaut essentiellement pour son look : jantes de 18 pouces – 19 pouces en option – badges M…) et M235i (exclusive au moteur essence de 306 ch : kit aérodynamique M avec diffuseur arrière et double sortie d’échappement, freins M Sport…).

Pour une Allemande, la BMW Série 2 Gran Coupé n’est pas si mal équipée de série ! Toutefois, évidemment, la liste des options reste impressionnante. Preuve en est avec notre modèle d’essai (220d xDrive M Sport), initialement proposé à 42 250 euros et qui dépasse, avec les options (toit ouvrant panoramique, sellerie cuir « Dakota » avec perforations mokka, jantes de 19 pouces, direction DirectDrive M…) les 57 000 euros !

Les prix de cette BMW Série 2 Gran Coupé, hors options éventuelles, s’échelonnent de 33 300 euros à 55 800 euros. Des prix comparables, là encore, à ceux d’une Mercedes CLA (bien que celle-ci « démarre » plus haut) ou d’une Audi A3 berline (légèrement moins chère mais moins typée « sport »). Les moteurs, quant à eux, offrent des puissances variables entre 136 et 306 ch en essence et 116 et 190 ch en Diesel.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d xDrive M Sport : puissance et efficience

Essayer une voiture Diesel en 2021 relève de l’originalité, tant les modèles du genre se raréfient. La BMW Série 2 Gran Coupé continue, toutefois, d’offrir la possibilité d’opter pour cette énergie. C’est d’ailleurs avec son moteur Diesel le plus puissant (190 ch) que nous avons ainsi eu l’opportunité de la tester. Force est de reconnaître qu’avec cette motorisation, la BMW Série 2 Gran Coupé propose un comportement relativement sportif.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport


Parler de « sport » avec une BMW Diesel, de surcroît traction, passera sans doute pour un crime de lèse-majesté auprès des puristes, et notamment des aficionados de BMW. Et pourtant, il faut bien le reconnaître : avec son poids plutôt maîtrisé (1 640 kg – « notre » modèle d’essai étant alourdi par la transmission intégrale xDrive), elle gratifie son conducteur de relances très vives grâce à un couple conséquent (400 Nm), et enchaîne les virages avec une facilité déconcertante ; la transmission xDrive permettant une tenue de route exemplaire.

Il faut dire que la BMW Série 2 Gran Coupé est également bien aidée par une boîte automatique à 8 rapports très réactive – et discrète (il faut vraiment tendre l’oreille / y prêter attention pour constater les changements de rapports), si bien que les palettes au volant ne présentent pas beaucoup d’intérêt… mais c’est quand même bien de les avoir !


Un « cocktail » détonnant, dans lequel les suspensions, très fermes, ne dénotent malheureusement pas… et peuvent faire mal au dos (la monte de 19 pouces de « notre » BMW Série 2 Gran Coupé n’aidant pas, au demeurant). Heureusement, les sièges électriques (optionnels) aux multiples réglages sont quant à eux très confortables. C’est, au passage, tout l’intérieur de cette Série 2 qui se révèle agréable : les commandes tombent sous la main. La molette iDrive, pour parcourir le système de navigation, est bien utile. Il n’y a que la faible habitabilité arrière (déjà évoquée) qui peut décevoir… et l’absence d’essuie-glaces à l’arrière. Quand il pleut des cordes, c’est quand même gênant.

Là-dessus, la BMW Série 2 Gran Coupé… est bien un coupé ! Mais un coupé plutôt efficient : il est tout à fait possible d’avoir une consommation mixte tournant autour des 6 l / 100 km sans avoir le pied extrêmement léger. Une belle « performance » pour une voiture Diesel de 190 ch, dont l’autonomie peut facilement atteindre les 700 km.

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d M Sport

Essai BMW Série 2 Gran Coupé 220d xDrive M Sport : en conclusion

Alors, est-elle in ou has been, cette BMW Série 2 Gran Coupé ? Au regard de son comportement routier (très agréable), de sa consommation maîtrisée et de ses équipements, il serait hypocrite de « décréter » qu’elle est has been. Mais à bien y regarder, elle n’est pas vraiment in non plus : aucune motorisation hybride ou hybride rechargeable, un design (réussi, à notre goût) aux antipodes des nouveautés (majoritairement électriques) qui sortent actuellement…

Sans doute que si elle est renouvelée, la BMW Série 2 Gran Coupé changera du tout au tout. Elle disposera probablement d’une motorisation 100 % électrique et se conformera, esthétiquement parlant, aux nouveaux standards mis en place. En attendant, elle se révèle être (encore) une proposition intéressante pour qui réalise de gros trajets et souhaite avoir un véhicule original / qui n’est pas un SUV.

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021