Essai Peugeot e-208 2019 Essai Peugeot 208 électrique

Essai Peugeot e-208 (électrique) : le choix de la raison ?

Après les essais de la nouvelle Peugeot 208 dans ses itérations essence et diesel, nous testons maintenant sa version électrique. Baptisée Peugeot e-208, c’est la première fois que la citadine au lion se passe de sans-plomb ou de gazole. A la place, se trouve un moteur électrique, toujours situé à l’avant et alimenté par une batterie de 50 kW. Le tout permet, théoriquement, une autonomie de 340 km, et nous a fait une bonne première impression.

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.2 PureTech 130 ch
>> Découvrez ici notre essai de la nouvelle Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDi 100 ch

Essai Peugeot e-208 2019 Essai Peugeot 208 électrique

Essai Peugeot e-208 : d’abord une 208

Au-delà des jantes, de la calandre et de quelques touches de “vert bleuté” sur les logos et autres monogrammes extérieurs, la Peugeot e-208 ressemble en tout point à une nouvelle 208 “classique”. Là où Renault fait le choix de nettement différencier sa Zoé de la Clio (une stratégie également privilégiée par Volkswagen, qui a récemment présenté l’ID.3), Peugeot choisit en effet de ne pas “trop” distinguer modèles thermiques et électriques d’un point de vue esthétique. Opel, dorénavant sous la houlette de PSA, a logiquement opté pour la même option avec la Corsa-e.

Le constat est le même dans l’habitacle, où le volume du coffre (265 dm3 – assez juste au demeurant) n’est pas grevé par l’implantation de la batterie. Ces éléments signifient quoi qu’il en soit que dès le départ, la nouvelle plate-forme CMP de la nouvelle Peugeot 208 a été envisagée pour accueillir des modes de propulsion thermique et électrique. D’ailleurs, par rapport à l’essence, Peugeot assure que le budget d’usage (prix d’achat + coût d’entretien + coût de l’énergie) reste similaire. Par exemple, si la Peugeot e-208 est plus chère à l’achat (nous y reviendrons), certaines pièces comme les freins s’useront moins vite car moins sollicités. De plus, et toujours selon Peugeot, la 208 électrique a un coût de revient de 2,50 € pour 100 km, contre 10€ pour l’essence. Ainsi, Peugeot semble croire en la “pertinence” de sa 208 électrique. A date, Peugeot a enregistré 5000 commandes. En France, les commandes de e-208 représentent 20% du total, contre 22% en Europe.

Quelques données techniques sur la Peugeot 208 électrique

Pour la théorie, sachez que la Peugeot e-208 dispose d’une batterie de 50 kWh, alimentant un moteur de 100 kW (l’équivalent de 136 ch) et lui autorisant une autonomie de 340 km en cycle WLTP. La recharge s’effectue en 16 heures sur une prise domestique, et en 5h15 avec une Wall-Box. A noter par ailleurs que la Peugeot e-208 est proposée avec une gamme de services censés aider au mieux l’utilisateur dans sa vie quotidienne (recharge, assistance, planification des trajets), et qu’elle propose une application mobile dédiée (MyPeugeotApps). Autant d’éléments qui semblent montrer la volonté de Peugeot de “donner du crédit” à sa 208 électrique, et qu’elle n’est pas cantonnée à jouer les seconds rôles au sein de la gamme.

Essai routier de la Peugeot e-208

Dans cet article, nous nous focaliserons volontairement sur la conduite de la Peugeot 208 électrique : pour retrouver l’ensemble des aspects de la voiture concernant son design, son habitabilité ou encore ses équipements, nous vous invitons à lire notre essai détaillé de la nouvelle Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch. Car oui, la Peugeot e-208 est “d’abord une 208” , et c’est également le cas au volant. Le ressenti en matière de conduite est extrêmement proche de celui éprouvé dans les versions thermiques. La tenue de route exemplaire, la direction, le confort des suspensions… Rien, si ce n’est, bien-sûr, l’absence de bruit du moteur, ne vient indiquer une réelle différence avec une 208 “classique”. En mode normal “D”, la voiture continue par exemple d’avancer lorsqu’on relâche la pédale d’accélérateur, comme sur une voiture thermique. Il faut enclencher le mode “B” pour que la voiture “use” de son frein moteur pour ainsi récupérer de l’énergie.

Les modes de conduite (eco, normal et sport) sont d’ailleurs les mêmes que sur une Peugeot 208 2019 GT-Line. Sans surprise, le mode eco bride assez largement les ardeurs du pilote, alors qu’à l’inverse, le mode sport raffermit la direction et “libère” l’accélérateur, permettant ainsi de constater tout le potentiel de la Peugeot 208 électrique en termes de plaisir de conduire ! Pour preuve, la e-208 peut atteindre les 100 km/h en 8,1 secondes, grâce au couple-moteur disponible instantanément (bien que le couple soit légèrement “bridé”, au démarrage, pour que les roues ne patinent pas et pour ainsi éviter le trop-plein de puissance). La Peugeot 208 électrique est ainsi très vive, et distille un bel agrément de conduite… Mais attention : à trop jouer au jeu des accélérations franches, la batterie se vide à vue d’œil !

Le poids, supérieur de 290 kg par rapport à une Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch essence (soit 1455 kg), n’entache pas le comportement routier de cette 208 électrique, au centre de gravité plus bas de par l’installation de la batterie sous le plancher. Ses 136 ch n’ont ainsi pas de mal à propulser la voiture, et à donner le sourire à son conducteur.

Essai Peugeot 208 électrique : conclusion

Assurément, la Peugeot e-208 réussit déjà son premier challenge : celui du plaisir de conduire. Notre essai, réalisé sur un temps très court, ne nous a néanmoins pas permis de vérifier certaines données, notamment les 340 km d’autonomie annoncés par Peugeot. Si cependant, cette donnée s’avère juste, la Peugeot 208 électrique, grâce à son agrément, son équipement et son design très travaillé sera une proposition intéressante. Reste le point qui fâche : les tarifs qui, même en déduisant le bonus de 6000 € offert par l’Etat, restent élevés. 26.100 € en finition Active (32.100 hors bonus), 27.300 € en finition Allure (33.300 hors bonus), 29.600 € en finition GT-Line (35.600 hors bonus) et enfin 31.150 en finition GT, uniquement disponible sur la e-208 (37.150 hors bonus). En comparaison, une Renault Zoé restylée R135 (qui développe, comme son nom l’indique, l’équivalent de 135 ch, et dispose d’une autonomie théorique de 390 km), coûte 28.500 € en finition haut de gamme Intens, bonus non déduit. A ces tarifs, la Peugeot 208 électrique peut aussi entrer en concurrence avec les versions d’entrée de gamme de la Nissan Leaf, plus grande et plus habitable, mais aussi avec la Volkswagen ID.3, dont le prix de base pour la version disposant de 330 km d’autonomie est annoncé autour des 30.000€.

Malgré tout, la e-208 nous a séduit. Et pour répondre à notre question initiale, est-ce “le choix de la raison ?”, nous serions tentés d’y croire, au vu de ses prestations similaires à celles d’un modèle thermique, son autonomie somme toute honnête et son agrément.

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.2 PureTech 130 ch
>> Découvrez ici notre essai de la nouvelle Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDi 100 ch

Galerie Essai Peugeot e-208

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021